marc           Rapport du président 2016

 

Chers Membre et amis de notre société, je vous adresse à tous mes remerciements pour votre participation à cette 83ème assemblée générale 2016.

Les cinq membres du comité, nous avons vécu une année relativement mouvementée, les décisions prises ont été constructives sur la quasi-totalité des évènements qui ont suivi l’année écoulée 2015. Merci à vous.

Les membres du comité ont leurs idées et leurs réflexions personnelles, c’est pourquoi j’apprécie cette complémentarité qui est que bénéfique pour aller de l’avant.

Effectivement huit comités au programme en 2015 pour faire face aux activités de notre société.

Encore une fois, tout est négociable dans n’importe quelle situation, le dialogue en tête à tête est le meilleure système, on voit surgir les émotions et là, vous trouvez un terrain d’entente.

Les membres de la société et membres de la pisciculture, et les aides externes sont vivement remerciés.

Les informations qui vont suivre sont un résumé de 14 choses différentes.

 

1.

D’une année à l’autre il y a des changements concernant nos membres, ce phénomène est tout à fait normal. Le monde bouge, les sociétés également.

Le contingent des membres de notre société sera en diminution au début de cette année 2016. Effectivement des membres relativement anciens ont le désir de se retirer, certains jeunes aussi la motivation n’est plus là.

La décision du membre est purement personnelle, il faut donc respecter cela.

Cependant, nous sommes ouverts à toutes nouvelles admissions, un coup de fil ou une présentation du futur membre, il pourra découvrir les activités de notre société.

 

2.

Les envois concernant la correspondance Société de Pêche Moutier a quelque peu changé en 2015 et ce début d’année 2016.

Et oui, nouveau secrétaire nouveau style de travail. André a beaucoup remodelé la partie administrative, il prend des initiatives et du plaisir dans ce domaine.

Son boulot en 2015 n’a pas été le plus facile avec la fête de la braderie.

Rentrer dans le sujet, s’intégrer, saisir rapidement la politique de notre société, répondre aux attentes. Je vous le dit ce n’est pas facile, André a assumé en ordre, bravo.

Je t’assure que l’année 2016 sera beaucoup plus calme.

 

3.

Barrage de Court et échelle à poissons.

Comme vous le savez depuis janvier 2015, un mandat de pêche électrique nous as été confié pour recenser les poissons actuellement sur le site du barrage, donc en aval comme en amont et sur une distance total de quelques 240 m.

Le travail a été dirigé par un spécialiste de Porrentruy, Bureau CSD Ingénieurs et environnement Fabien Lachat.

Cette pêche sera reconduite plus tard par notre équipe de Moutier une fois les travaux terminés.

Mais voilà, question, à quel moment ces travaux vont-ils une fois commencer, à quel moment cette échelle à poissons sera mise en place ???

Décidément avec ce barrage de Court les années se suivent et se ressemblent.

Notre société n’a reçu durant l’année 2015 aucune nouvelle sur cette affaire, rien de sérieux ou de concret.  

Le temps passe, que font nos responsables ?

Ne soyons pas surpris, de toute façon rien de nouveau avec ce foutu barrage de Court, cela fait  69 ans que cela traine. Nous sommes en quelque sorte vaccinée par le manque de volonté des personnes concernés et responsables de ce barrage.

« Appelons ces marins d’eau douce, des manipulateurs ».

 

4.

Les secteurs revitalisations en ville de Moutier sont terminés.

Enfin ces secteurs de revitalisation ont trouvés leurs places dans le lit de la Birse. Un moment attendu par notre société, le conseil communal est aussi satisfait du résultat.

Conclusion à ceci, la patience est la vertu du pêcheur, il suffit d’appâter la bonne amorce et le résultat est là.

 

5.

Braderie 2015.

Trois jours de western, le train a aussi sifflé trois fois.

Nous avons cartonné et malgré la fatigue tout était parfait, bravo à tous.

Financièrement c’est un très très grand succès et une organisation sans faille.

Cependant, avec l’affaire friteuses électriques et câble d’alimentation,  il reste une facture que nous contestons vivement vis-à-vis de la commune en rapport à des heures de main d’œuvre du personnel de la commune qui ne correspond pas à la réalité.

Le comité directeur de la braderie (Jacques Stalder et consort) sont aussi d’avis que quelque chose cloche sur le principe. Cette façon de taper dans la caisse d’une société, quel que soit la société !

Les contacts ont été pris, nous allons régler cette affaire au mois de février.

 

6.

Future patente de pêche Bernoise pour 2020.

La FCBP a organisé à deux reprises des séances de dialogue pour obtenir des réflexions de tous les présidents de pêche du canton de Berne, concernant les modifications du règlement pour cette patente.

L’inspectorat de la pêche aura du boulot pour trouver la meilleure solution, tant les idées qui ont été discutées dans chaque section sont diverses.

Nous en saurons plus d’ici disons 2 ans.

7.

Autre sujet OFEV.

Le NAWA Trend, vous connaissez ? C’est une institution d’éminents spécialistes de rivière, donc des scientifiques et biologistes.

OFEV est l’office fédérale de l’environnement qui chapote le NAWA Trend et 111 stations de contrôle en suisse sont sous leur ordre.

Ceci dit, cette institution décide ce que nous devons faire de nos rivières. Donc nous sociétés de pêches et pêcheurs travaillant entre 6 et 9 mois par année bénévolement pour le réalevinage de nos ruisseaux et rivières et pêche de reproducteurs, etc…

Nous sommes en quelque sorte dirigée par le NAWA Trend, institution scientifique de contrôle des travaux finis, si je puis dire.

En un quelque mot, le NAWA Trend est à la hauteur de nos 7 sages du conseil fédérale à Berne >>> Ont décident, vous faites comme on vous dit !!!

Chers membres, ne mettez pas en cause ces gynécologues de rivières nommés ci-dessus, votre président est bien placé pour vous le dire, pourquoi ?

Notre objectif en 2015, lors de la revitalisation des secteurs en ville de Moutier, dans l’intérêt de la pêche et du milieu halieutique nous avons remis 4'000 préestivaux sur une partie de la ville (Eglise catholique via La Mobilière) pour le bien de cette faune piscicole. Travail exécuté avec un conseillé communal Marc Tobler.

Mais voilà, les organes compétents (biologistes) ont très mal pris notre démarche !!!

Un secteur en ville de Moutier a été retenu concernant un plan d’alevinage auquel une limite ne donnant pas de précision exacte. Je vous rappelle aussi qu’une grande partie de ce secteur a été également perturbé par une pelle-mécanique dans le lit de cette Birse, sur plusieurs dizaines de mètre.

Cette affaire m’a interpelé et une réflexion est à faire sur ce cas !

Effectivement, quand on voit les quantités de poissons qui meurs chaque année en Suisse par rapport à l’incompétence des barragistes, aux pollutions diverses, aux débits résiduelles jamais respectés, aux stations d’épuration hors normes.

Stop, il y a un moment où il faut dire stop.

Je terminerai ce cas en vous informant que nous avons faillis ne pas être payé par la FCBP.

C’est suite à une longue conversation téléphonique avec Daniel Bernet chef de l’inspectorat de la pêche, qu’un déblocage sur cette affaire a été trouvé.

 

8.

2015, année de sécheresse exceptionnelle, un record ces 50 dernières années.

Pisciculture, le 14 novembre 2015 les truites reproductrices de la Birse arriveront, le problème majeur, le manque d’eau à notre pisciculture !

Le ruisseau coule mais 3dl /seconde au lieu de 4lt /seconde. Notre source du Diépot 50% du débit en moins.

Lors d’un comité une décision rapide est prise, il faut modifier une canalisation pour remédier à une arrivé d’eau plus ou moins correct dans nos cuves

circulaires.

Situation exceptionnelle, financement exceptionnel.

Merci à la FCBP et à Giorgio secrétaire concernant une contribution financière de 1'000.-fr qui a été payé à notre société fin novembre 2015.

 

9.

Analyse globale de nos truites rivière Birse.

Le pêcheur avisé visionne de nombreuses choses le long des rivières, il analyse les poissons, truites remisent en rivière aussi. Un regard sur les grandeurs des spécimens sont identifiés également par les connaisseurs.  

Les truites sont présentent dans la Birse il n’y a pas de doute, cependant les belles truites 35 cm et plus deviennent rares.

Ce phénomène on le retrouve aux pêches électriques car le système est très efficace et c’est un indicateur du cheptel par tronçon pêché.

En pisciculture nous trouvons chaque année les truites mâles et femelle, en analysant 23 ans de manipulation concernant ce travail à Moutier, on obtient une moyenne de 480 œufs par femelle. La moyenne en poids des truites femelles que nous gardons en pisciculture, elle est de 320 grammes.

En 1998 un record, nous sommes arrivé à obtenir une moyenne de 670 œufs par femelle, alors que cette année 2015-2016  il n’y aura que 360 œufs par femelles !!! C’est la moyenne la plus basse qu’on est eu ?

Conclusion, Le pêcheur ne se trompe pas en voyant la longueur des truites diminuées, nous observons le même phénomène en pisciculture.

Il faut se pencher sur la question, pourquoi et quoi faire.

 

10.

La Suisse reste le pays d’accueil des oiseaux piscivores !!!

Où va-t-on avec ces oiseaux piscivores, c’est le commencement ou plutôt la continuité d’une injustice vis-à-vis des poissons, pour les lacs, les rivières, les ruisseaux que de rester les bras croisés.

D’accepter des règlements actuellement instaurés par des personnes ne connaissant rien en matière du cheptel halieutique.

Vous le savez dès cette année 2016 le tir du héron suite au recensement que nous faisions des truites piquées, ces tirs ne seront plus possible. 

La Fédération Suisse de Pêche (FSP) doit réagir beaucoup plus fermement sur cette affaire.

 

11.

Pisciculture et travaux en cours sur le chemin d’accès.

La modification et transformation de ce chemin d’accès avance depuis peu de temps, effectivement une dégradation avancée de la berge droite est à l’origine du retard. Durant l’année 2015 la berge est partie en morceau successivement sur une longueur de 8 m. Un renforcement de cette berge est actuellement en cours pour pouvoir réaliser le nouveau chemin d’accès et que ce chemin est une assise solide pour les années à venir.

Le goudronnage sera fait au printemps le temps d’une stabilisation des matériaux.

Cette réalisation sera positive sur plusieurs critères et l’accessibilité nettement améliorée. Le coup d’œil de cette entrée sera magnifique et pratique.

12.

L’affaire pollution de la Birse à Roches.

Apparemment selon un article sortis du QJ le 14 janvier 2016, Daniel Bernet explique certaines choses, et on peut lire « les poissons sont de retour entre Roches et Delémont » ?

Il explique aussi qu’il est possible (selon les experts) que des polluants aient pu passer inaperçus à travers les filtres de la station ?

Il explique aussi que la mort ou la disparition de ces truites et ombres reste inexpliqué.

Voilà les nouvelles et votre président rajouterait ceci :

J’ai bien lu, qu’il est possible que des polluants soient passés à travers des filtres de la station !!!

J’en déduis donc aussi que ces filtres ne sont peut-être plus d’actualité, et que les investissements pour remettre à jour certaine station d’épuration, cela manque cruellement de moyen financier.

Donc l’assainissement des STEPS en Suisse doit être fait avec beaucoup plus de conviction et de sérieux de la part du conseil fédérale.

Mais attention ce n’est pas que les Steps, en Suisse un très grand nombre de rivières ne sont plus assez fortes pour absorber tous les éléments néfastes que l’homme introduis dedans. Ces 10 dernières années les rivières s’asphyxient, on le voit sur la faune piscicole, algues, tuffes, enrochements, invertébrés.

Soyons réaliste et reconnaissons l’erreur de l’homme, qui veut toujours plus, plus que plus, et vite toujours plus vite.

Ce cercle infernal et vicieux est me semble-t-il, plus possible de le stopper.

« Si je serais du genre cynique, je dirais, éliminer l’homme et les rivières vont renaître ! »

                            Soyez sans crainte, nous en sommes pas encore là.

13.

Information Giron sociétés de pêche du Jura-Bernois.

Voilà, membres présents ce soir, avec les informations que j’ai actuellement, le Giron est en perdition pour la prochaine assemblée générale.

Le président se retire en 2016, c’était annoncé il y a 8 mois.

Le vice-président se retire pour 2016.

La secrétaire se retire pour 2016.

Le caissier se retire pour 2016.

Le représentant du Giron auprès de la FCBP se retire pour 2016.

Notre société de Moutier a envoyé une circulaire à 24 membres de notre société pour la recherche d’un président du Giron au mois de décembre 2015.

Pour le reste des membres du bureau, je n’étais pas au courant que tous se retiraient également.

Le point, le seul point positif c’est qu’un membre de chez nous désire relever le défi de reprendre le poste de président, il s’agit de Gilles Monnier.

Bravo pour ton engagement.

Nous suivrons donc la tournure des débats lors de cette assemblée générale.

 

14.

Information personnelle.

Discrètement dans ce rapport j’informe que votre président, cette année 2016 a la bagatelle de 20 ans de présidence.

Le parcours et très long avec déjà 30 ans dans cette société, j’en retiens que du positif malgré des contraintes que j’ai toujours assumé. L’entourage des membres avec qui les rapprochements sont proches et sincères me motive.

C’est aussi pourquoi l’idée de continuer avec vous et de défendre les intérêts de notre société, elle est toujours présente. J’en profite pour vous dire merci de votre confiance.

Tout a été dit dans ce rapport, je le termine ici en espérant n’avoir rien oublié.

A tous les membres de notre société, amis, pêcheurs de tous bords, je vous souhaite une saison de pêche magnifique et du plaisir dans vos familles.

Vive notre société, notre pisciculture, et vive la pêche. 

                                                                                              Président M-A Ehrat

Le poisson de l’année 2016 est L’ombre ou Thymallus-Thymallus